Associazione Amici Azawak

Accès à l’eau au Niger et dans l’Azawak



  • L’accès à l’eau et en particulier à l’eau potable est un de plus importants problèmes de tout le territoire du Niger; il est toutefois particulièrement grave dans les regions du centre et du nord.
  • Le taux d’accès à l’eau potable pour la population du Niger est augmenté du 43% de l’an 2000 au 68,7% du 2005.
  • Dans les regions urbaines il est de 96,7% alors que dans les zones rurales il n’arrive qu’à 60,3%.
  • On remarque aussi que 91% des familles urbaines utilise de l’eau courante contre 8% des zones rurales.
  • Dans les zones rurales l’eau disponible pour l’élevage est très limitée.
  • Le Niger ne dispose que de 25.112 points modernes d’accès à l’eau, dont 13.672 sont cimentés et 7.137 ont une pompe manuelle.
  • Les plus importantes diffucultés qui rendent difficiles les efforts pour réduire de façon significative le pourcentage de personnes sans accès à l’eau potable sont:
  • . Pluies irrégulières dans un contexte hydrogéologique particulièrement difficile
  • . Excessive profondité d’accès aux couches aquifers
  • . Hauts couts d’investissement pour les infrastructures hydriques et capacité limitée de développer le reseau d’approvisionnement hydrique
  • . Moyens rudimentaires de drénage des zones rurales.
  • Les actions à entreprendre dans les zones rurales sont: l’optimisation de la gestion des actions communautaires qui amenera à une complète participation du public aux projects, à l’ implementation, à la manutention et au contrôle des points d’eau; l’implication du secteur privé et la promotion de technologies avec des couts contenus pour garantir la possibilité de soutenir des interventions; le renforcement de la capacité nationale (du gouvernement, de la société civile et du secteur privé) pour une meilleure gestion des ressources et des infrastrucures hydriques.

    Dans l'Azawak La disponibilité d’eau est dans les eaux de superficie (puisard) et souterraines (couches aquifères).
  • Les premières sont constituées par les flaques d’eau de pluie (puisards) qui se forment pendant la saison des pluies, ne durent que peu de mois par an et souvent n’arrivent pas jusqu’à la saison suivante.
  • Les couches aquifères souterraines se trouvent à au moins 80 metres de profondeur.

    La situation de la commune de Abalak sur le plan hydraulique est la suivante:
  • 51 points d’eau (mares) semipermanents et un grand nombre de puisards;
  • 268 puits (dons 100 cimentés et 168 traditionnels);
  • une adduction d’eau potable au centre urbain de Abalak avec 17 fontaines dans le centre urbain de Abalak
  • 15 stations de pompage (dont 3 privées).
  • La commune ne dispose pas de systèmes de récolte et traitements de déchets solides et liquids.
  • Selon le District sanitaire il n’y a que 12% des utilisateurs qui est dotée d’un système d’écoulement d’eau adéquat, 20% qui utilise un système adequat d’écoulement des excrétions et personne n’utilise un système de ramassage des ordures.
  • Le taux de couverture de l’eau potable au 2006 selon le service départemental de l’hydraulique: 42%.

    Projects réalisées
  • L’excavation de puits est une des activités où dans les dernières années on a développé et réalisée plusieurs interventions de coopération internationale en collaboration avec ONG et Insitutions locales.

    Puit Tan Barogane
  • Au 2009 on a terminé le puits dans le village de Tan Barogane, à 15 km de Abalak. Il a une profondeur d’environ 90 mètres et à été construit sur l’initiative des autorités du Village et du chef traditionnel avec le soutien de l’ONG Brownsea et d’autres groupes et associations, y compris FIMP (fédération Italienne Pédiatres de Lombardie).

    Puits de Barkechkane
  • Au 2004 on a terminé l’excavation du puits dans la vallée de Barkechkrane, né de la collabotation entre la ONG locale PDR et l’Association Les Cultures de Lecco.

    Puits de Fakaya Au 2004 on a terminé l’excavation du puits de Fakaya, né de la collaboration entre l’ONG locale PDR et l’Association Les Cultures de Lecco.

Comment nous aider

  • L’Association s’autofinance à travers la contribution volontaire des associés. Toutes les ressources économiques, mises à disposition par les amis bienfaiteurs et les partenaires, sont destinées à financer les activités et les projets prévus par les plans de développement de la Commune de Abalak.
  • Vos contributions peuvent être versés sur le compte de l'Associazione Amici Azawak che la Banca Etica siège de Milano, en spécifiant le projet que vous voilez financier.
  • IBAN IT07W0501801600000000132296
Amici-Azawak